national

Médias : Ennahar TV se maintient malgré le départ des Bouteflika

Réputée proche du clan présidentiel, Ennahar TV a su surfer sur la vague pour se maintenir et garder le cap des scoops.

Malgré le départ inattendu du clan présidentiel avec la démission d’Abdelaziz Bouteflika, la chaîne d’Anis Rahmani n’a pas décélérer en matière d’informations exclusives.

Pour ceux éblouis par les événements que vit l’Algérie depuis le 22 février, pour mieux comprendre la posture que dresse Ennahar TV actuellement, il suffit de revenir à octobre 2018, lorsqu’Anis Rahmani déclarait la guerre aux services de renseignements dirigés par Bachir Tartag. Ce dernier était derrière de violentes campagnes de dénigrement contre le général de Corps d’Armée Ahmed Gaid Salah.

Anis Rahmani s’est, en suite, pris à Abdou Semmar et Amir DZ, deux individus connus pour leur hostilité à l’Armée nationale populaire et qui étaient actionnés par les anciens des services.

Le patron d’Ennahar a ainsi su tisser des liens solides avec le haut commandement de l’Armée, ce qui le met dans une position confortable, gérant de manière, plus ou moins tranquille le mouvement populaire. Si Ennahar jouit d’une position confortable, Echorouk, elle, est contrainte de faire tout le sale boulot pour espérer avoir une chance. En effet, se proposant comme média de propagande du 5e mandat de Bouteflika et ayant empoché à l’avance d’importantes sommes d’argent de la part de la direction de campagne, Ali Fodil se voit obligé de faire de sa chaîne un instrument de lynchage.

Pendant ce temps, Ennahar TV continue de diffuser des scoops lui garantissant de rester leader de l’information en Algérie et même à l’international, puisque l’on a tous vu que les plus grandes chaînes étrangères, dont France24, BFM TV, Al-Jazzeera ou encore Al-Arabia, avaient repris et continuent de reprendre les directs d’Ennahar TV, notamment les images des manifestations du vendredi et autres alertes infos.

Etant une chaîne qui veille à véhiculer toujours une image positive de l’Etat et de ses institutions, Ennahar Tv a su gagner la confiance de l’institution militaire, tandis qu’Echorouk et d’autres médias, peineront à le faire, à l’exemple d’Ali Fodil qui a trahi, sans le moindre scrupule, son engagement avec la direction de campagne de Bouteflika.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *