nationalPolitics

Les Présidentielles arrivent, la classe politique s’agite

Neuf mois avant les élections présidentielles prévues en Avril 2019 en Algérie, la classe politique bouge dans tous les sens.

Les prochaines élections présidentielles agitent la classe politique en Algérie. Abderezak Makri a donné le coup d’envoi en appelant à l’intervention de l’Armée dans une « transition démocratique ». Depuis, les rencontres se succèdent entre les partis et les concertations ne finissent pas.

Makri a rencontré les partis du pouvoir ainsi que la direction du FFS. Son projet de consensus national a été tué dans l’œuf après la polémique suscité par son appel à l’intervention de l’Armée. Le Chef d’Etat Major des Armées, Ahmed Gaïd Salah, lui même, a répondu à l’initiative du MSP.

Djamel Ould Abbès, de son côté, a multiplié les rencontres avec plusieurs partis dont certains d’obédience islamiste. Mais la rencontre qui a le plus marqué reste celle avec Ahmed Ouyahia dans l’enceinte du Premier Ministère. Un message adressé à la classe politique pour dire que le FLN et les RND sont les partis du pouvoir. Les deux secrétaires généraux ont appelé le Président Bouteflika à « un  autre sacrifice ».

Chacun avance ses pions à l’approche du grand rendez vous électoral qui tient la classe politique en haleine.

 

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *