InsolitePolitics

Bajolet, l’homme qui murmurait à l’oreille d’un cheval à Alger

  • Les propos hostiles à l’Algérie tenus par l’ancien ambassadeur de France Bernard Bajolet pourraient avoir une drôle explication.

Une chagrin d’amour de l’ancien ambassadeur pourrait être à l’origine de l’acharnement de ce dernier contre l’Algérie. C’est en tout cas ce que tente d’expliquer le site Alg 24.

À vrai dire, la thèse vaut la peine de la réflexion. En effet, l’ex patron de la DGSE a consacré une grande partie de son chapitre dédié à l’Algérie dans son livre,  » Le soleil ne se lève plus à l’est », à l’histoire d’amour qui le liait à un cheval durant son premier passage en Algérie dans les années 70.

« Peu de temps après mon arrivée (en Algérie/1975), j’avais acheté un superbe étalon barbe à un collègue de l’ambassade […]. Ce cheval s’appelait ‘Qalbi’, ‘Mon coeur’ en arabe », écrit Bernard Bajolet dans son livre.

L’idylle entre le diplomate et « son cœur » prend brutalement fin en 1978. « Mais lorsqu’il me fallut quitter l’Algérie, ce fut un drame : les autorités refusèrent de m’accorder le permis d’exportation, en dépit de multiples démarches, sous le prétexte que ce cheval appartenait à une race protégée », regrette-il.

Décidément l’ancien ambassadeur tient toujours rancune au resoinrespore la diplomatie algérienne de l’époque dont un certain Abdelaziz Bouteflika, alors Ministre des affaires étrangères.

 

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *